Séjour « déconnexion » à l’île de Sein!

En ce début de Mars, j’ai des envies de voyages mais pas beaucoup de temps.

La solution, une échappée sur une île pour déconnecter, la Bretagne sera notre terrain de jeu, ma mère y habitant cela facilite les choix. On part donc Dimanche pour le Guilvinnec avant d’embarquer au départ d’Audierne pour l’île de Sein, Mercredi à la première heure.

Une petite échappée familiale avec ma mère, les garçons et moi (Thomas doit rester au boulot). Pourquoi Sein, les îles me fascinent (hors du temps, autre rythme de vie), les locations sont nombreuses, raisonnables en tarif. De plus La traversée est quotidienne et c’est la plus facile d’accès au départ de chez ma mère.

Nous louons un petite maison charmante pour 4, pour 240€ 4jours/3 nuits, par contre attention électricité et eau en sus (tout est plus cher sur une île qui désalinise son eau et produit son électricité avec des générateurs).

Pour la traversée à cette époque c’est la Compagnie Penn Ar Bed, avec la navette Enez Sun III qui effectue la traversée quotidienne qui dure une heure environ. Le tarif varie en fonction de l’âge, de la saison et notre loueur nous a fourni un code de tarif privilège. On en a eu pour 82.40€ aller/retour pour 2 adultes (tarif privilège 25.10€/personne) et deux ados de 14ans (tarif privilège 16.10€/personne).

Mercredi 7 Mars 2018

Nous sommes bien reposés après les 3h30 de route de Dimanche. Nous avons déjà marché, profité du grand air, acheté quelques livres dans notre librairie préféré de Pont l’abbé en prévision pour l’île de Sein.

Levés 7h00, nous avons une petite heure de route pour Audierne depuis le Guilvinnec. Il est conseillé d’arriver une heure avant le départ du bateau, pour le chargement des bagages et la prise des billets à la gare maritime. Le port d’embarquement est celui de Ste Evette (place de l’embarcadère) à Audierne-Esquibien.

Le soleil nous accompagne, le parking est gratuit, de bonne taille, face à l’océan, « titine »(notre kangoo) va passer quelques jour face à l’océan. On est comme des gosses, c’est une mini-aventure de quitter le continent par la navette.

On prend nos billets aller/retour réservés sur le site de la compagnie et on dépose les bagages dans des paddocks en plastic pour chargement à bord. Vous pouvez garder sur vous, cabas (pour nous un fond d’épicerie et de victuailles pour le premier jour),  sac à dos, petite glacière à garder avec soi.

Nous sommes en avance, le café de la gare nous permet un petit déjeuner croissants, boissons chaudes avant de prendre le large. Nous lisons attentivement le panneau de consignes pour la vie sur l’île.

Départ 9h30, on embarque avec une vingtaine de personnes , à cette époque de l’année c’est paisible. Les touristes se mélangent aux iliens et aux travailleurs.

C’est parti pour une heure de traversée un peu sportive, il y a du vent, la mer est un peu formée et on va passer le raz de sein (point de croisement de l’océan Atlantique et de la Manche). On peut faire la traversée sur la terrasse au grand air ou dans la salle chauffée (équipée de sacs en cas de mal de mer). On largue les amarres, à l’heure, sous le soleil c’est magnifique.

Ça bouge un peu, on longe la côte vers la pointe du Raz,  on passe le phare de la vieille, avant de faire cap sur Sein. Je reste sur la terrasse (équipée de mes bracelets d’acuponcture pour limiter le mal de mer) avec mes fistons qui descendent régulièrement en salle pour aider leur grand-mère (le mal de mer lui gâche un peu la traversée). Avec le soleil, la traversée est agréable mais le vent est frais. On voit la terre autrement vue du large et la bretagne a une côte sauvage de toute beauté.

Nous y sommes, 10h30, un peu fatigués mais heureux d’arriver sur l’île, nous pouvons déposer nos bagages dans notre location qui sera disponible à 13h00. On a de la chance elle est sur le Quai des français libres à deux pas du débarcadère.

Nos premiers pas sur l’île se font au hasard mais on ne peut pas se perdre. Le dédale des ruelles vous ramène soit sur le quai des Paimpolais soit sur le quai des français libres et tout est fléché.

On commence à avoir une petite faim mais d’abord par un peu de shopping, vestes, guide sur l’île, cartes postales à la Case de Tom, avant de passer à table pour de délicieuses langoustines à la crème.

Une petit marche, digestive au soleil, s’impose pour rejoindre notre jolie maisonnette, pour se poser et profiter de la vue.

Notre location est jolie, typique  maison de pêcheur, avec deux chambres, un petit salon, une salle de bain et une cuisine très bien équipée. Le wifi marche très bien alors que je pensais débrancher (mes fils sont ravis, je sais pas pourquoi!!! surement car ils ont un pris un ordinateur portable pour jouer). Par contre le portable est silencieux (yes:) Bouygues capte très mal sur l’île). Nous avons tout ce qu’il faut pour ce premier jour, c’est les vacances, on se repose.

L’après-midi est belle, on part marcher car la météo est changeante ici. On explore l’île, c’est rapide en moins de deux heures on a vu l’essentiel mais que c’est jolie et dépaysant.

On est seul durant toute cette balade, ma mère et les gars sont ravis. Les rochers font la joie de mes escaladeurs de fils. On kiffe grave cette île dixit mes ados.

Sur le retour les gars sont attirés par une proposition, c’est trop tentant alors demain c’est randonnée en Kayak de mer à la rencontre des phoques:)

Notre petite maison nous tend les bras pour un repos bien mérité. Un arc en ciel nous fait de l’œil, par la fenêtre.

Ce soir, je prépare un diner de galettes. cette journée bien remplie touche à sa fin, un peu de lecture pour tous et au lit.

Jeudi 8 Mars 2018

Réveil tranquille, vue sur l’océan, comme s’est apaisant. Le café/boulangerie  à droite de la maison, « Quai sud » nous permet d’avoir les croissants vers 9h00.

Les garçons et moi partons en exploration vers le phare, on veut tout voir. On marche tranquillement vers une plage de galets et là on hallucine, on n’y croit pas, c’est une bouée!!! Et non des phoques sont là flottants pénards dans l’eau.

On est heureux, seuls, avec la sensation d’avoir découvert un trésor. On adore ces moments de rencontre avec les animaux dans leur cadre naturel. C’est drôle on s’observe réciproquement sans angoisse, ni inquiétude, juste du plaisir pour nous.

Un gros mâle nous observe (on a su que c’était un mâle car il est plus gros avec un gros cou, merci à Pierre notre guide Kayak). Le deuxième joue à cache dans l’eau, je suis là, je suis plus là en nous regardant. On vit une vraie rencontre on adore:)))

On continue notre marche et malheureusement on découvre près de l’amer un jeune phoque décédé, on va même demander au café si il faut le signaler à quelqu’un mais à priori cela est commun.

On rentre, les émotions ça creuse. Avec maman on découvre, la supérette La Sénane, pour quelques courses. Il y a un peu de tout mais c’est une supérette si vous avez des besoins particuliers, venez avec vos courses. L’accueil est sympathique et elle est approvisionnée tous les jours par le bateau, il vaut mieux venir vers 11h00 pour avoir les derniers arrivages ou si vous commandez. Au détour des ruelles on découvre des petits jardins charmants.

Le religieux est très présent sur l’île, il y aurait des nonnes mais on ne les a pas croisé.

Autre chose très présente sur l’île, les chariots, ici il y a trois véhicules motorisés! les ruelles sont étroites tout les transports se font grâce à eux.

Notre déjeuner pris on se repose un peu (enfin surtout moi ) avant une après-midi sportive.

A 14h00 on est au centre Nautique pour s’équiper chaudement, combinaison, lycra, imper. Nous sommes un dizaine, adultes et ados. Les couples choisissent le kayak biplace et les garçons et moi sommes en kayak individuel. On est près et motivé.

Pierre notre guide de « île de sein Nautisme » nous donne les consignes et en avant les gros bras pour deux heures et 10km de randonnée côtière. Je ne vous dirais pas que j’ai pas un peu souffert, bizarrement pas les bras mais les hanches en fin de session, j’avais hâte d’en finir. Pour les gars c’est plus les mains qui ont souffert avec de petites  ampoules à la jonction du pouce. Mais ce qui reste c’est la beauté des lieux, la rencontre avec les phoques qui nous regardaient tranquillement sur leurs rochers. Ils sont tout pelucheux et clairs lorsqu’ils sont secs. Certains jeunes sont passés à l’eau pour faire les curieux. On a que quelques photos car c’est Pierre qui avait un appareil étanche (OLYMPUS DIGITAL CAMERA ). Une belle expérience un peu physique car l’océan n’était pas d’huile. Ne faites pas comme nous prenez les jupes pour les kayaks, car on rentre quand même et un peu d’eau et ça refroidit au bout d’un moment. On recommencera car c’est vraiment un super moyen pour rencontrer les animaux, profiter des paysages. Les dauphins ne sont pas venus joués, ce jour là, avec nous, mais ils sont souvent dans le coin.

Ile de Sein Nautisme (OLYMPUS DIGITAL CAMERA )
Ile de Sein Nautisme (OLYMPUS DIGITAL CAMERA )
Ile de Sein Nautisme (OLYMPUS DIGITAL CAMERA )
Ile de Sein Nautisme (OLYMPUS DIGITAL CAMERA )
Ile de Sein Nautisme (OLYMPUS DIGITAL CAMERA )
Ile de Sein Nautisme OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ile de Sein Nautisme (OLYMPUS DIGITAL CAMERA )

On rentre heureux, frigorifié, mais la douche chaude est offerte. A la maison nous attend un bon chocolat chaud avec le gouter qui va bien. On se détend lecture pour moi et jeux vidéos pour les gars , merci le wifi;) Ce soir on ne fait pas de vieux os, diner et dodo.

Vendredi 9 Mars 2018

Le temps est pluvieux, on est en mode cocooning.

Entre deux gouttes on finit notre tour de l’île avec de jolies découvertes:

Un bateau rigolo

Un apprenti chariot:)

Nous allons visiter l’atelier des artistes vers 14h00, sur l’île il y a une belle dynamique artistique avec une céramiste (Christelle Le Dortz), deux peintres (Marie Boiseaubert, Didier Marie Le Bihan). Il sont réunis par le biais de l‘association Radoo pour un mouvement artistique citoyen  pour l’environnent.

Nous avons la chance d’être là le jour de la dédicace d’une BD de Nicoby,  Mon petit Ponant.

On repart avec de belles dédicaces (pour Thomas le voileux et un ami) et un bon moment partagé, la BD est très drôle.

L’abri du Marin est un lieu d’accueil des marins mais on y trouve aussi une expo photos et des panneaux d’information sur les oiseaux de l’île.

Pour notre dernier soir, on sort pour une balade de fin de journée, pour voir le phare s’allumer et profiter du grand air.

Il nous reste à préparer les bagages, diner et se faire un petit scrabble en famille.

Samedi 10 Mars 2018

Ce matin c’est grand ménage, puis vers 10heures je vais assister à l’arrivée de la navette, les nouveaux occupants du gîte sont à bord et nous devons stocker leurs bagages. Tous les jours la navette est attendue car elle amène, les touristes mais aussi les victuailles et les iliens contraints d’aller sur le continent.

Le soleil est de retour, le Quai des français libres est lumineux.

D’ailleurs la maison de l’appel du 18 Juin 1940 est là. Tous les hommes de l’île ont obtenu la croix de guerre après 39/45 car ils ont tous embarqué (168 hommes) pour l’Angleterre après l’appel. Aujourd’hui c’est une maison d’hôtes.

Nous quittons notre maisonnette  pour un déjeuner avec vue sur mer, pas mémorable.

On profite du soleil avant notre embarquement pour 16h00.

Nous attendons gentiment auprès de la gare maritime.

C’est reparti pour une heure de traversée sous un temps favorable, je reste dehors quand même malgré la fraicheur.

Entrée d’Audierne en vue, maintenant il nous reste une heure de route.

Premier à l’embarquement, dernier au déchargement c’est logique, on attend un peu nos bagages.

Ce petit séjour a fait du bien à tout le monde, on est heureux de cette expérience d’ilien.

Dimanche 11 Mars 2018

De bon matin après une bonne nuit de sommeil, retour à la maison (3h30 de route) sous les bons hospices de cet arc-en-ciel.

On aime/On aime pas

On aime

L’île, ses paysages sauvages, son cadre préservé, sa typicité, ses artisans…

On aime pas

Le prix des restaurants! On s’en tire jamais à mois de 100€ à quatre, quand la qualité est au rendez-vous, pas de problème mais sinon c’est un peu abusé.

Attention eau et électricité sont facturées en plus sur consommation du compteur (0.17cts € le kwh et 8€ le M3 dans notre cas) sur la location. Il faut être vigilant suivant ses habitudes (à cet époque dur de ne pas chauffer, 30€ pour 3 jours).

 

 

 

 

 

 

Written By
More from Agnès

Balade côtière Beuzec Cap Sizun:))

Nous sommes en vacances chez ma mère du côté du Guilvinnec (29...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *