Escapade en voilier aux îles du Ponant!

Pour cette année particulière nous faisons le choix de la proximité pour ces vacances en famille avec une semaine de navigation en monocoque de la Trinité sur mer vers les îles du Ponant.

Pas de programme précis, on se laisse porter par le vent et la météo:)

On a besoin d’oublier un peu la pandémie et de juste profiter de la nature et des paysages.

Les gars ont désormais 16 ans et sont de vrais équipiers, je vais découvrir la joie de me faire chouchouter par mes fils, qui vont prendre grand soin de leur petite mère.

On a réservé une semaine à l’avance le bateau, Thomas a surveillé l’évolution des prix et a appelé en direct l’agence de la Trinité pour peaufiner son choix.

Le choix du bateau s’est fait sur des critères de confort (configuration, cabine, espace de vie, table extérieure), de prix et de maniabilité.

Nous avons repéré de vrais matelas suffisamment épais et pour nous c’est un critère important:) et des espaces de vie agréables pour les grands gabarits de la famille.

Nous passerons donc une semaine sur un monocoque Bénéteau Océanis 37 au doux de nom de Stirwen. 

Nous avons la chance d’être à 2h30 de la Trinité sur Mer, c’est idéal pour vite plonger dans l’ambiance des vacances.

J1/22 août 2020 La Trinité sur Mer

La voiture est chargée, les enfants sont dans le Finistère (on les récupère demain). On prend la route tranquillement dans la matinée.

On loue officiellement du Dimanche au Dimanche (c’est la fin de saison, cela permet un peu plus de flexibilité), mais on récupère le bateau ce samedi après-midi. Cela nous permettra de tout mettre en place, de faire les contrôles tranquillement et de dormir sur place.

On part avec une belle base d’avitaillement avec les bons produits de l’été. J’adore cuisiner, mais sur un bateau, il vaut mieux faire simple et efficace. On ne connait jamais les conditions météo et donc de facilité à cuisiner, même si la plupart du temps on cuisine au mouillage. Je suis une adepte des sandwichs et autres douceurs salés dès que nous sommes en navigation. C’est aussi car je suis sensible au mal de mer et que j’anticipe les situations à risque:)

Il y a foule à notre arrivée à la Trinité, on n’a plus l’habitude on est en mode confiné depuis des mois, d’ailleurs ici masque obligatoire partout en ville.

On découvre les voiliers de course de l’avant port, il y a du lourd!

On s’offre un déjeuner salade, léger et une magnifique « pavlova » fruits rouges en dessert, dans un charmant salon de thé « la parenthèse » découvert au hasard de notre marche en ville.

L’heure approche on va récupérer le bateau:)) Thomas passe au bureau d’accueil, on a une Lettre pour le quai et un nom. Après quelques minutes de recherche, le voilà:)

Océanis 37

On est comme des gosses, on a hâte de voir le nouveau jouet, surtout pour le skipper. Découvrir un nouveau bateau, c’est toujours un moment important, s’approprier rapidement l’espace, les fonctionnalités, c’est s’assurer un voyage serein.

Le skipper finalise la prise en main et les contrôles du bateau.

Thomas est sur la prise en main, je gère le déchargement et les dernières courses.

Des chariots d’armements (à disposition en début de quai) me permettent de faire tout en deux voyages. La voiture était pleine:)

Chariot d’armement à quai

Sur le bateau nous avons choisi l’option draps et oreillers seulement donc il faut prévoir tout le reste (serviettes de plage, serviette de bains, torchons, éponges, et tout l’avitaillement pour une semaine). On est en bretagne quand même et j’ai des couettes légères pour les nuits fraiches.

Un supermarché à dix minutes du port me permet de finaliser les derniers achats de produits frais et d’eau potable. On prévoit à boire pour la semaine (1.5l/eau par jour et par personne).

Le fait que l’on parte que demain, me permet de tout installer tranquillement, de tout ranger et de découvrir le bateau et ses espaces de rangement.

Comme tout les bateaux, il y a des rangements un peu partout, mais malgré tout on découvre toujours de nouvelles zones de stockage. Pour la nourriture, c’est immuable les cales sont sous les coussins du carré.

L’heure de l’apéro approche on profite des derniers rayons du soleil avant un diner tranquille au restaurant.

La journée a été bien remplie, on se couche heureux du travail accompli et prêt pour demain.

On est bercé par les bruits du port et le clapot de la mer.

J2/23 aout 2020, on largue les amarres

Après avoir récupéré les gars et fait le plein de pains et de viennoiseries, on embarque et on largue les amarres sous le soleil:) Direction: Houat !

La traversée est très agréable sou un beau soleil et personne n’est malade, le pied.

Une fois le bateau mouillé (on n’est pas tout seul), Jules nous largue en annexe, tellement bien que je suis trempée:)

Avec Augustin on va s’offrir un tour de l’île à pied, c’est charmant et dépaysant. On se sent enfin ailleurs, en vacances et déconnecté!

On découvre que sur l’île il y a deux hôtels, un hébergement insolite et un camping à l’ancienne avec juste des tentes et des sanitaires. Il y a un peu de monde sur cette petite île, mais après la dernière navette le calme revient.

De retour à bord, un petit  apéro avec nos nouveaux amies, les mouettes et les goélands s’imposent.

Un bon diner, car chez nous c’est sacré de bien manger même à bord.

La journée se clôture par un couché de soleil de rêve comme toujours en mer:)

J3/24 août 2020, réveil à l’île de Houat et petite nav!

Magnifique levé de soleil, après le petit-déj’ avec les oiseaux;) on en profite pour s’offrir une nage jusqu’à la plage tous ensemble.

Du vent est annoncé, on reprend la mer pour s’abriter auprès de Belle-île.

On arrive pour le déjeuner à  l’abri de Grands sables, proche du Palet, pas trop de monde et une belle excursion sur le chemin côtier en prévision.

Mais d’abord nourrir les troupes, les galettes sont de rigueurs avant de partir à terre.

Une journée agréable et sportive, c’est pratique pour faire de bonnes nuits.

J4/25 août 2020, nuit à Grands sables Belle île

Le vent est bien là, on es très bien abrité auprès de cette belle plage de Belle île.

On profite d’un petit dej avec les mouettes et leurs copines qui sont très demandeuses:)

Les garçons et moi ont part à terre pour découvrir les grottes à marée basse, c’est magnifique.

j’adore cette île et sa belle diversité de paysage. On se régale, et on ne regrette pas d’être à l’abri.

Notre voisin perd son annexe dans l’après-midi (elle s’est détachée du bateau), on doit le réveiller de sa sieste. En quelques minutes elle s’éloigne vers le large.

Heureusement l’entraide est toujours de mise en mer et un bateau l’attrape à temps.

J5/26 août 2020, Bye Bye Belle île

On reprend la mer sous un magnifique soleil.

Direction la pointe de Quiberon et son aérodrome après un très beau passage auprès de la Teignouse.

Après-midi baignade, lecture, bercée par les petits avions qui décollent de l’aérodrome de Quiberon. On mouille à l’anse du Conguel.

Et encore une belle soirée qui s’annonce.

J6/27 août 2020, retour au port avarie profondimètre

On pensait partir en ce matin gris pour le Golf du Morbihan, mais une panne va changer nos plans.

Nous sommes obligés de retourner à la Trinité, on a plus de profondimètre et en bretagne avec les marées c’est plus que problématique.

Retour au port de la Trinité où on croise le beau Penduick6.

C’est l’occasion d’un peu de shopping, de quelques courses et d’un restau sympa le soir.

J7/ 28 août 2020, Nouveau départ vers le Golf du Morbihan

Le soleil et le vent sont au rendez-vous pour une nouvelle nav qui nous mènera dans le golf du Morbihan.

Une belle Nav avec du bon vent et vers le golf et ses méandres.

Pour notre dernière nuit à bord, on profite du calme de l’île d’Arz et d’encore un merveilleux couché de soleil, même si la fraicheur se fait sentir.

J8/29 août 2020, retour au port et grand nettoyage:)

On profite à fond du soleil matinal.

Retour au port avec une joli navigation et du bon vent pour ravir les marins.

Les vacances sont finis et l’océan nous a fait le plus grand bien. On s’est retrouvé, on s’est vidé la tête et tout l’équipage a participé.

Les mousses font le dernier nettoyage et on charge la voiture.

Le bateau reste un moyen de voyager autrement, en toute indépendance et en ces temps de pandémie on est peinard.

On aime/On n’aime pas

On aime

Les mouillages de rêve,  les levées et couchés de soleil qui sont exceptionnels en mer.

On n’aime pas

Les avaries sur un bateau, il faut être zen et avoir un bon skipper  et toujours s’attendre à des surprises.

Ça pimente les vacances!

 

Written By
More from Agnès

Mon paradis: « le relais de la reine » dans l’Isalo, Madagascar.

Sur la route du Sud, RN7, nous avons passé trois nuits dans...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *