On a testé le Mama Shelter de Bordeaux.

En déplacement professionnel avec Thomas sur Bordeaux nous en avons profité pour tester à deux un nouveau concept hôtelier le « Mama Shelter ».

Situé au cœur de Bordeaux (rue Poquelin Molière, place St Christoly), l’établissement est tout neuf et s’est installé dans l’ancienne tour EDF-GDF des années 30. La cible clientèle est très claire, génération Y, bobos branchés hipsters, c’est très segmentant mais on veut voir à quoi correspond l’esprit Mama.

On vous l’avoue, la motivation est aussi professionnelle (on fait un beau métier hein !), Thomas a vu le fondateur de Mama, Serge Trigano, lors d’un congrès et il présentait le concept comme : « des lieux de vie avec des chambres au-dessus ». Après avoir testé Okko Hotel (qui offre aussi une nouvelle hôtellerie), on se devait de vérifier ces lieux de vie du Mama.

La réservation

On navigue sur le site, original qui fait plutôt envie pour essayer. On vous vend l’espace ludique avec de la hauteur sous plafond, la chambre est un lieu de « jeux » avec tout ce qu’il faut pour les « connectés ».

La réservation est simple. On fait le choix de la chambre Large Mama, en non annulable non remboursable à 139€ la nuit. Sur place ce type de chambre peut aller à plus de 350€ (tarif affiché à 399€).

L’accueil

Waou!!  Contrôle à l’extérieur pour l’arrivée avec deux videurs ! C’est surement dû au bar et au restaurant qui attirent beaucoup de monde. Ce contrôle est néanmoins très courtois et ils nous ouvrent même la porte, avec un grand sourire, pas d’oppression du tout, c’est pro !

Au desk on vous demande de suite pièce d’identité et carte bancaire pour une pré-autorisation de 1€. C’est fait très gentiment mais côté expérience c’est bof surtout que la résa s’est déjà faite avec un numéro de CB. La réception est accolée au resto-bar il est 20h00 c’est très vivant. La personne de l’accueil n’insiste pas en voyant la tête de Thomas à la demande de carte d’identité et précise bien que c’est n’est pas « obligatoire ». Mais oui, de nos jours, demander une CB et une pièce d’identité à l’accueil, ça le fait pas. On sait bien que les hôteliers ont besoin de se sécuriser et d’avoir une garantie, mais lorsque la CB est déjà renseignée (paiement à la réservation), c’est une procédure désagréable (je suis pas un gosse de 5 ans qu’il faut fliquer). Si c’est nécessaire, déporter cette procédure en pré-checkin, que le client réalise sur son smartphone et assurer de l’accueil, de l’humain, du partage lors du check-in physique (aie aie aie, je suis rattrapé par le coté pro).

mars-2017-MFV-reception-mamashelter

Nous avons réservé le restaurant en début de semaine par téléphone, ils nous attendent sans pression. On monte d’abord en chambre après 4 heures de route pour se refaire une beauté.
Encore une fois, c’est très bien fait. On va au point d’accueil du resto pour dire que l’on a une réservation pour ce soir, dans 20 min exactement, le manager nous répond qu’il a bien notre réservation et que l’on peut prendre notre temps qu’on est pas obligé d’arriver à 20h30 précise (alors qu’on a rien demandé, c’est de la bienveillance ça !). Tout le monde est très « friendly » et met à l’aise, il y a un véritable sens client.

La Chambre

Moderne, design certes mais ça fait pas rêver.

mars-2017-Mama-shelter-room large-bordeaux

On teste quand même les masques, ça c’est l’effet mouton 🙂

sdr
Il faut être dans l’esprit fun , joyeux, partageur;)

Le but est de se prendre en photo avec le téléviseur de la chambre, qui est une Apple TV si ce n’est un Imac 27′. La photo est ensuite diffusée sur les écrans des lieux de vie du rez-de-chaussée, avec temporisation j’imagine. C’est aussi un moyen de s’approprier du contenu généré par les utilisateurs et de l’exploiter dans la communication de Mama (sur les réseaux, les blogs, etc.) ? Le fait de faire porter un masque permet de s’affranchir du droit à l’image, mais les droits d’auteurs …. enfin peut-être, vu que l’appareil utilisé est celui de Mama, l’auteur est donc Mama et non le client, c’est rudement bien pensé cette histoire. On retrouve un diaporama sur la télé avec de nombreuses photos, les clients se prêtent au jeu et inventent de nombreuses « poses » toutes plus originales les unes que les autres, sur leur lit, face à la télé et donc à l’appareil photo…. c’est bon enfant, c’est cool, c’est une bonne ambiance. J’imagine pas ce que la modération doit trouver … il règne aussi une ambiance « porno chic » dans le concept.

mars-2017-MFV-experience-mama-bordeaux

On n’est pas dans du long séjour, rien n’est prévu à part une petite penderie.

mars-2017-bordeaux-mama-shelter-room
(remarquez la barre horizontale à la penderie qui empêche de suspendre ses vêtements correctement, on voit le manteau d’Agnès « cassé » et j’ai du mettre ma veste sur un autre axe #VéritableProblématiqueDeBourgeoisPaysOccidentaux)

Par contre, mystère une kitchenette avec lavabo, micro-ondes et mini-bar en paiement automatique dès que l’on se sert.

mars-2017-mama-shelter-kitchenette-bordeaux

En questionnant des pros, on nous a expliqué que les chambres du Mama Shelter ne sont pas officiellement dans un hôtel mais dans une résidence hôtelière pouvant ainsi bénéficier d’investisseurs en défiscalisation. C’est juste une histoire de business aucun rapport avec l’expérience client. Pour cela, on doit pouvoir manger dans la chambre. HiHi sans couverts ni assiettes c’est cool, et il n’y a que deux verres. On sait que Trigano n’a pas assez de fonds pour financer les ouvertures et qu’il est « obligé » de passer par des investisseurs, concrètement, vous pouvez devenir propriétaire d’une ou plusieurs chambres dans un Mama et les confier en gestion à Mama. C’est un levier de développement utilisé dans les résidences de tourisme. Ça marche (enfin ça dépend du gestionnaire). On trouve que c’est un peu prendre le client pour un c*. Soit vous assumez votre modèle « résidence hôtelière » et la kitchenette est véritable et fonctionnelle, soit vous l’assumez pas et vous êtes un hôtel. Mais c’est compliqué de jouer sur les 2 plans, c’est un peu comme avoir le beurre et l’argent du beurre. Mais fondamentalement, ça ne nous a pas gêné, on ne savait même pas qu’il y aurait une « kitchenette » et on n’avait pas prévu de cuisiner. Par contre, le mimi-bar automatique, à l’heure où la concurrence offre boissons à volonté, machine à Expresso en chambre, etc…. ça ne le fait pas du tout.

La TV d’Apple vous propose le wifi gratuit (enfin non, elle donne le code d’accès au wifi…), plein de films gratuits dont des films XXX clairement affichés, c’est « fun et funky ».

mars-2017-mam-bordeaux-connecte

C’est un outil  pour écouter de la musique, pour échanger,  partager aussi. Vous pouvez choisir de prendre la photo avec les masques via cet outil et elle sera diffusée au restaurant sur un écran défilant (j’en ai déjà parlé plus haut). Si j’ai bien compris, il est possible de demander un clavier sans fil à la réception pour utiliser les fonctionnalités « ordinateur » de la télé d’Apple.

Le lit est très confortable avec des oreillers moelleux, la tête de lit lumineuse est réglable en intensité et s’éteint facilement, mais pas top si votre partenaire de lit (je sais plus comment il faut dire) veut lire et vous dormir ou l’inverse.

Auprès du petit bureau une lampe de chevet et les prises nécessaires pour travailler avec un ordinateur, une tablette…

L’étiquette ne pas déranger est sexy 🙂 C’est aussi un peu le concept, une ambiance « porno chic », avec une vitrine entière de sex-toys à la réception, à acheter et utiliser…

mars-2017-mamashelter-nepasderanger

Mais vous pouvez choisir le ménage 🙂

mars-2017-mama shelter bordeaux nettoyer

La Salle de Bain

La salle de bain est « hospitalière » dans le sens hôpital 🙂

mars-2017-mama-bathroom-bordeaux

Une large douche avec deux sortes de pommeaux très fonctionnels, lavabo et rangement minimalistes et WC accolé.

mars-2017-MFv-wc-mamashelter

Les produits d’accueil sont originaux siglés Mama en anglais bien sûr on est branché ou pas!

mars-2017-bordeuax-mam-produits-acceuil

Le Restaurant-Bar- Brunch- DJ…

C’est top, pro, vivant, voir très vivant, branché mais le service est optimal, les plats copieux avec des cocktails, des plats, des desserts partagés.

mars-2017-coktails-mamashelter-bordeaux

Un DJ est invité les fins de semaine pour des soirées spéciales.

mars-2017-DJ-mamashelter-bordeaux

Le menu du soir est varié mais avec une carte restreinte souvent gage de qualité. Les cocktails sont servis au bar ou en salle et sont délicieux.

On mange bien, le serveur est aux petits soins et rapide. La carte est élaborée avec l’aide de Guy Savoy, grand chef étoilé. Les plats sont bien présentés de manière ludique et copieuse.
C’est une cuisine du monde simple et roborative. Le rapport qualité prix est bon mais cela peut aller vite avec les cocktails. Nous, on s’en tire pour 111€ à deux avec 3 coktails, un verre de rouge, des légumes partagés, une salade César, un thon Tonkatzu et un dessert ananas frais sauce chocolat.

Même le flacon d’huile d’olives est signé Mama.

mars2017-huiledolives-mama

Le Dimanche vous pouvez profiter d’un brunch copieux à partir de 39€ pour les adultes et 19€ pour les enfants.

Le choix décoratif nous met dans la pénombre de jour comme de nuit, c’est un style, à côté de ça il y a beaucoup de couleurs dans les objets proposés.

mars2017-MFV-bar-mamashelter-bordeaux

Par contre ne venez pas pour une soirée intime, les tables sont très proches et bien sûr il y a du monde. C’est un concept jeune et branché. (Thomas n’est pas d’accord avec le terme jeune, je crois qu’il ne veut pas vieillir… rire).

La nuit

On est au 4ème étage un vendredi soir et c’est un peu bruyant, le son monte, l’insonorisation aurait pu être mieux pensée surtout pour un hyper-centre ville refait à neuf.
On est fatigués, on dort très bien, le lit est excellent et je suis très difficile à cause d’un dos fragile.

Le Petit déjeuner

On prend l’ascenseur à la déco locale, des termes bordelais vous sont expliqués sur tous les murs et les infos du jour sont écrites sur le miroir.

mars-2017-ascenceur-mamashelter-infos-bordeaux

Deux choix s’offrent à vous, le buffet à 17€ dressé sur le bar avec du sucré du salé,  jus de fruit frais, de boissons chaudes. Il y a du choix c’est joliment présenté. Si vous cherchez sur le site pas d’infos sur ce sujet pourtant fort agréable. On le répète souvent aux hôteliers, présentez votre petit-déjeuner sur votre site, c’est important, mais trouvez cette « lacune » chez un groupe tel que Mama, c’est bizarre (et surtout balot pour eux).

mars-2017-buffet-pdj-mamashelter-bordeaux

Vous pouvez aussi choisir  le continental 9€ avec boisson chaude au choix mais pas à volonté (mesquinerie selon Thomas), un verre de jus de fruits fraîchement pressés, viennoiseries (3) ou deux tranches de baguette avec beurre et confiture. C’est un bon rapport qualité/prix.

mars-2017-pdj-continental-bordeaux-mamashelter

Le bémol réside dans le fait qu’à votre arrivée vous devez faire votre choix et signer un ticket pour le valider sur votre facture c’est pas fun et en plus cela occasionne de l’attente à l’arrivée un peu groupée de clients.

On l’a apprécié car les produits sont de qualités avec un beurre local de Poitou-Charentes.

Thomas pensait travailler un peu mais le business corner est rikiki et la pièce du restau trop sombre (le Business corner consiste en 2 ordinateurs, des Mac bien sûr, posés sur le desk à la réception). C’est là qu’on ne retrouve pas les lieux de vie promis. On pensait pouvoir se poser dans un canapé pour quelques heures, moi pour lire, Thomas pour bosser et bien non.

Par contre le baby foot est géant si on veut s’amuser.

mars-2017-babyfoot-mamashelter-bordeaux

A Bordeaux, il y a aussi un Rooftop pour boire un verre mais il est fermé à cette époque de l’année, cela doit valoir le détour.

Le départ

De belles vitrines chargées de produits Mama vous font de l’œil afin de vider votre porte monnaie.

Il y a des peluches, des masques de catch, des produits de beauté, du parfum, des sex-toys, des tee-shirts, des casquettes…

mars-2017-shopping-mamashelter

Paiement par CB , les chèques ne sont pas acceptés, si on le souhaite la facture est envoyée par e-mail immédiatement cela évite de la perdre (c’est top, Thomas adore cette fonctionnalité, c’est sûr, lui qui est sur la route toute l’année).

On aime/on n’aime pas

On aime

  • Le restaurant, le bar, la promesse est tenue, c’est bon original et sympa.
  • Le service est impeccable avec des beaux gosses en prime 🙂
  • La cuisine est bonne, copieuse et joliment servie.
  • Un concept novateur, sympa, fun

On n’aime pas

  • L’accueil administratif (carte d’identité + CB)
  • Le fait qu’il y ait des étiquettes partout « achetez moi à la réception pour XX€ »
  • L’esthétique de la chambre
  • La kitchenette bidon
  • Le mini-bar on touche on paie 🙂

Tout ça c’est bien loin du friendly, du partage.


Après notre séjour, on reçoit le formulaire de satisfaction de Mama.
Thomas y dépose exactement ce qu’il a partagé sur son Facebook

Le directeur de mama Bordeaux à appelé dès le lundi midi pour débriefer sur cet avis.
Il a expliqué que certains aspects étaient exacts, comme faire signer les notes pour le transfert vers la facture hôtel et qu’ils travaillaient sur d’autres solutions, mais je ne vais pas en dire plus, cette discussion n’était pas destinée à être en mode public.
Toujours est-il qu’ils assurent grave !

Written By
More from Agnès

Partie 7, navigation: Barcaggio/Malfalcu-Catamaran Corse Été 2012.

Jeudi 16 août 2012 Le matin, Popa, souvent le premier levé, se...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *